Votre conseiller

Contactez moi. Je me fais un plaisir de vous conseiller pour votre projet de voyage, séjour ou circuit sur mesure.

Benjamin     04.86.11.44.98

Au cœur de l’Océan Pacifique Sud s’étend une île superbe entourée de lagons bleu-turquoise. La Nouvelle Calédonie est un pays pas comme les autres, qui offre à ses visiteurs la vision d’un paradis d’une indéniable beauté et des trésors écologiques ne demandant qu’à être découverts. Plus qu’une destination soleil, plage et lagon, la Nouvelle-Calédonie est une terre authentique ; écrin d’une nature généreuse alternant forêts primaires, étendues sauvages, savanes à niaoulis, cascades et rivières. C’est aussi une terre de découverte, avec une faune et une flore exceptionnelle, riche en randonnées, activités nautiques et sportives variées. C’est encore une rencontre inoubliable avec la culture mélanésienne.

New Caledonia - a Journey from above from Alan Delmas on Vimeo.


Intitulé officiel
: La Nouvelle-Calédonie est aujourd’hui une collectivité, qui bénéficie d’institutions conçues pour elle seule.


Localisation :
Située dans le Pacifique occidental, la Nouvelle-Calédonie,  fait partie de l’ensemble mélanésien. L’archipel comprend la Grande-Terre, deux fois grande comme la Corse (400 km de long sur 50 km de large), les quatre îles Loyauté (Ouvéa, Lifou, Tiga et Maré), l’archipel des îles Belep, l’île des Pins et quelques îlots lointains. La zone économique exclusive couvre 1,4 millions de km² (soit la moitié de la superficie de la mer Méditerranée).La Nouvelle-Calédonie se situe,à 21 heures d'avion de la France.

Superficie :
Une superficie de 18.575 km².

Capitale : Nouméa elle est devenue une capitale de charme, vitrine française du Pacifique sud ; mais aussi une ville-jardin où l’urbanisme et la nature ont su s’harmoniser avec bonheur.A Nouméa, on prend plaisir à flâner longtemps sur la Place des Cocotiers avec son kiosque à musique et ses fabuleux flamboyants rouges ; dans ses rues bordées de vieilles maisons coloniales ; le long de ses baies fleuries d’hibiscus et de bougainvilliers ; sur ses ports dominés par une architecture contemporaine inspirée. Et puis, c’est si agréable toutes ces plages au cœur de la ville, caressées par la douceur des alizés, avec cette touche unique de fragrances tropicales.

Population : La population est estimée à 216 132 personnes, du fait d’un indéniable dynamisme démographique. Près de la moitié de la population a moins de 25 ans.
- Mélanésiens : 44,1%
- Européens : 34,1 %
- Wallisiens et Futuniens : 9%
- Tahitiens : 2,6%
- Indonésiens : 2,5%
- Autres : 7,5%

La cellule de base du monde mélanésien est constituée par le clan, groupement de plusieurs familles, représenté par la case bâtie autour d’un poteau central. Entre ces différents clans s’est constitué tout un réseau d’échanges et d’alliances. Les clans sont issus d’une terre et font du sol calédonien une succession de lieux chargés de significations mythiques.


Histoire
:

Les plus anciennes traces archéologiques attestent d’un peuplement de la Nouvelle-Calédonie dès 1300 avant JC (période de Koné), encore que divers indices, comme la diversité linguistique de la Grande Terre ou les tumulus de l’Ile des Pins, laissent envisager des origines encore plus reculées.
- 1774 : James Cook, en route vers la Nouvelle-Zélande à bord de son navire «La Résolution », découvre une vaste île qu'il nomme « Nouvelle-Calédonie » en hommage à l' Ecosse. Il jette l'ancre dans la baie de Balade sur la côte nord-est du pays. Son journal de bord décrit les premières rencontres avec les habitants mélanésiens (d'Océanie) de l'île, dont les ancêtres ont immigrés sur l'île deux à trois cents ans auparavant.
- 1853 : L’Amiral Febvrier-Despointes. A cette époque on estime la population à 50 000 Mélanésiens et à quelques centaines d’Européens. A la même période, la découverte de grands gisements miniers avec d’importantes mines de cuivre, de cobalt et de nickel est à l’origine du développement économique.
- 1894 : Le décret sur l’immigration du gouverneur Feillet, pour cette colonie possédant encore un statut pénitentiaire, provoque une immigration en provenance de Java et d’Indonésie. La plupart de ces immigrés travaillent alors dans des mines nouvellement ouvertes et s’installent dans le pays, d’où une diversité culturelle qui fait toute la richesse de la Nouvelle-Calédonie.
- La seconde guerre mondiale : La guerre de 39-45 est un tournant décisif dans l’histoire de la Nouvelle-Calédonie. A partir de 1943 un million d’américains sont postés sur l’île. Ils y apportent l’ abondance de produits et le goût de la consommation, c’est ainsi que la Nouvelle-Calédonie fait ses premiers pas dans le 20ème siècle.
Au cours des années. Le dialogue entre les différentes communautés a évolué et, après une période de difficultés, les Accords de Matignon sont signés entre les représentants de la Nouvelle-Calédonie, Jacques Lafleur, Jean-Marie Tjibaou et le premier ministre français de l’époque. Depuis la Nouvelle-Calédonie connaît un essor économique exceptionnel.
- 1998 : Les Accords de Nouméa, ratifiés par le référendum du 8 novembre 1998, offre à la Nouvelle-Calédonie une plus grande autonomie.


Art et culture
:

- Artisanat : La nature calédonienne est belle et inspire par sa poésie les artisans dans leurs créations. Que l'on soit aux Iles ou sur la Grande Terre, on trouve aisémentsur un petit étal de bambou, au marché ou dans une boutique, le cadeau souvenir qui prolongera le voyage en Nouvelle-Calédonie. Les sculpteurs, peintres et autres artistes et artisans locaux sont heureux et fiers de partager leur passion avec ceux qui viennent à leur rencontre.
- Danse : Dans la culture mélanésienne, la danse tient une place importante. Le Pilou, nom donné à la danse mélanésienne par les premiers missionnaires français, met en scène les grands moments et les légendes d'une tribuou d'un clan.
- Sculpture : La sculpture sur bois ou sur pierre à savon est aujourd'hui très largement pratiquée par les artistes kanak. On trouve sur place de bons disques de musique mélanésienne traditionnelle.
- Musique : Grâce aux nombreuses ethnies qui la composent, la Nouvelle-Calédonie propose un large éventail
de musiques traditionnelles calédoniennes, polynésiennes ou asiatiques. Outre les chants traditionnels, la culture musicale du pays s'est développée au milieu des années 80, avec la naissance du kanéka, inspiré du traditionnel Pilou et remis au goût du jour par des rythmes modernes à tendance reggae.

Gastronomie : La cuisine calédonienne tire sa richesse et sa diversité du métissage des peuples qui la mitonnent mais il n’existe pas pour autant une gastronomie calédonienne spécifique. Du « bougna » coutumier au « tamara’a » tahitien en passant par le « bami » indonésien ou le « sashimi » japonais, les Calédoniens disposent d’autant de produits que de façons de les préparer.Cerf, roussette, notou, escargot, crabe, langouste, poisson, manioc, noix de coco, fruits tropicaux ; tels sont les ingrédients que l’on retrouve dans la cuisine calédonienne.  A l’étouffée chez les Mélanésiens, à la vapeur chez les Asiatiques, en sauce à l’européenne ou cru à la façon tahitienne, tous les goûts sont dans la nature.
- Produits du terroir calédonien : Le miel crémeux de niaouli, les confitures et les pâtes de fruits tropicaux, les saucissons de cerf, les achards de légumes, de troca ou de bénitier et les liqueurs de fleur de niaouli ou de bois noir sont autant de mets délicieux à savourer sur place ou à ramener en souvenir.


Faune et Flore
: Une biodiversité unique

La Nouvelle-Calédonie dispose d’une remarquable biodiversité, comptant parmi les plus riches au monde et témoignant de son origine géologique particulière, fragment issu du continent australasien : sa faune et sa flore ayant évolué en état d’isolement, la Nouvelle-Calédonie dispose d’un patrimoine unique et d’un pourcentage élevé d’espèces endémiques. Quatre principaux écosystèmes existent en Nouvelle-Calédonie, la mangrove, la savane, le maquis et la forêt. La flore de ces écosystèmes comprend 3500 espèces, dont 75 % sont endémiques, tandis que la faune connue comprend un millier de poissons, 6500 types de mollusques et 4300 espèces terrestres, dont le fameux cagou, oiseau terrestre utilisé parfois comme emblème de la Nouvelle-Calédonie. Le milieu marin doit sa richesse à la présence d’un récif-barrière corallien ceinturant la Nouvelle-Calédonie, et dont l’éloignement par rapport à la côte peut atteindre 65 km : il délimite un lagon dont la profondeur ne dépasse guère 40 m. Des réserves marines ont été créées afin de sauvegarder cette biodiversité qui, du fait de la faible densité de la population et des activités, a été très préservée.


Activités
: De la planche à voile à la pêche à la sagaie, la Nouvelle-Calédonie est un réservoir d'activités pour votre plus grande satisfaction pendant toute la durée de votre séjour : accrobranche, canyoning, escalade, parachutisme, parapente, randonnée équestre, randonnée pedestre, visites en tribu, VTT, apnée, découverte des baleines et des dauphins, kitesurf, location de bateaux avec ou sans skipper, pêche à la ligne à la mouche et au lancer, pêche au gros, pirogue, kayak, canoe, planche à voile, surf, plongée sous marine, ski nautique..

Partenaire de la Promotion Touristique

Découvrez aussi :

Nos garanties et partenaires :